Je crois sincèrement que les sentiers nous inspirent. Qu’ils peuvent nous changer comme nul autre. Qu’ils ont une force propre à eux-mêmes. Ils peuvent reconstruire et déconstruire les fondements de notre être. Ils sont pour moi les maçons de mon âme. D’aucuns diraient plutôt qu’ils sont « les plombiers », de par mes origines polonaises, mais je m’égare.

« J’avais des périodes très sombres avant de partir. La marche dissipe les nuages noirs. » dit Sylvain Tesson, au retour de sa traversée et de la publication de son livre Sur les chemins noirs. Lui, l’écrivain aventurier qui méprisait les simples chemins s’est finalement réconcilié avec eux autant qu’avec lui-même. Et moi qui les aiment tant, particulièrement les sentiers de montagne, qui avec mes humbles mots vous partagent l’ivresse de mes pas, comme dernièrement avec mes impressions du Népal, j’ai voulu connaître ceux qu’emploient mes collègues pour répondre à cette simple question :

Qu’est-ce que la randonnée pour toi ? Découvrez sept textes et autant de regards.

Karine Decorde

karine Dekorde (2)

Je marche…
Dans la nuit, au coin du feu Une étoile chante à mon oreille. En silence, Je l’écoute me dire, Les chemins de pierre, de terre Ou de sable fin.
Je marche derrière l’étonnante mélodie Des vents d’hiver dans le ciel glacé. Qu’importe la foulée, Le coeur bat au rythme Des pas, du souffle et de la montagne.
Je marche suivant les couleurs de l’automne Aux travers des vallées Qu’importe la route La nature nous égare Pour nous approcher.
Je marche sur les crêtes de l’été Au delà des rocailles dénudées Qu’importe l’altitude La tête tourne toujours De cette liberté soudaine
La présence éphémère Que je ressens ici N’a d’égal que l’innocente beauté D’un ruisseau sauvage.
Une branche de bouleau Recouverte de neige. La porte entrouverte D’un refuge accueillant.
Un regard échangé avec l’izard au coin du jour Les couleurs du couchant Dans le chant de la grive.
L’emprunte éphémère Que je laisse au matin Me porte vers les cimes, Les forêts de pins…

son blog : Rêves et Sac à dos

Alexis Poraszka

alexis2

Quand j’étais petit, je n’aimais pas marcher. Pour moi, petit fainéant, c’était synonyme d’effort et d’ennui et c’est toujours à reculons que j’accompagnais mes parents. Puis j’ai grandi, j’ai voyagé, j’ai marché et j’ai fini par adorer la randonnée. Il y a dans la randonnée un esprit de liberté. On se sent plus en harmonie voire en dialogue avec les éléments qui nous entourent. C’est comme si, à chaque pas, la nature et moi ne faisions qu’un. C’est cette communion et cette symbiose avec la nature qui me plaît autant. Mais faire de la randonnée, c’est aussi prendre son temps, lâcher prise avec un mode de vie nous imposant toujours plus de rentabilité, toujours plus de rapidité. Quand vous êtes sur votre sentier avec vue sur la montagne, quand les cailloux crissent sous vos chaussures, quand le bruit du vent dans les arbres vous chante aux oreilles, on oublie tout le reste. Pour ma part, j’oublie les deadlines et le métro, le téléphone qui sonne et ma connexion qui déraille, mes voisins qui font du bruit et mon compte en banque qui tire la tronche. Je pense à moi, aux battements de mon cœur, à mon souffle. Je pense à cette petite fleur bleue que j’ai failli écraser ou à cet arbre sec perdu au milieu du désert. Randonner, c’est retrouver un petit côté nomade et se sentir capable d’aller au bout du monde, car marcher ça donne des ailes, du courage et confiance en soi.

son blog : Le Petit Explorateur

Jérôme Derèze

jerome dereze (1)

La randonnée, c’est quoi pour toi ? La randonnée est pour moi synonyme d’évasion. Le simple fait de se retrouver en pleine nature, que ce soit en forêt ou en montagne, procure beaucoup de bienfaits. Et c’est une joie de les ressentir. J’ai commencé à apprécier véritablement les randonnées dans les grands espaces de l’Ouest Canadien. La beauté des paysages doit y être pour quelque chose aussi ! Pouvoir parcourir de nombreux kilomètres pour accéder à des points de vue magnifiques offerts à nos yeux, des paysages que peu de personnes ne prennent la peine et l’effort pour aller les contempler.  La randonnée, offre un sentiment de liberté face à la nature, à la contemplation des animaux habitant ces lieux. Admirer la faune et la flore tout en parcourant des kilomètres sans s’ennuyer un instant. Randonner dans différents lieux permet aussi de prendre conscience de la grandeur de notre monde.

À mes yeux, le plaisir de la randonnée est d’avantage plus important au fur et à mesure qu’on la pratique. Et rien de tel que de se retrouver seul ou à deux loin des groupes de touristes. Un peu comme si l’on était seul au monde au beau milieu de la nature. Une chose est sûre, je continuerai à randonner, et ce dès que je pourrais.

son blog : Traversée d’un monde

Camille Visage

camille mei (2)

Je suis bretonne. Alors, autant vous dire que la randonnée n’est pas innée chez moi. Oui, les balades en bord de mer, les promenades dans les champs, ça je connais. Mais la randonnée, celle qui te fait monter des montagnes, traverser des forêts à pic, découvrir des lacs d’altitude. La randonnée qui te fait hésiter, persévérer et enfin t’émerveiller. Cette randonnée-là, je l’ai découverte en arrivant en Autriche il y a 1 an et je ne peux plus m’en passer.

En Autriche, j’ai découvert les montagnes, les Alpes pour être précise. Ici, quand on veut découvrir les environs, on a pas le choix, il faut grimper. Au début, c’est dur, on se demande ce que l’on fait là, pourquoi on n’a pas pris la voiture. Et puis, on persiste. On  découvre la beauté des Alpes, son silence, sa faune, sa flore, ses forêts, ses vallées. Tout ce que la randonnée a à nous offrir.

La randonnée me fait réfléchir. Mes pensées filent à chacun de mes pas. Je suis essoufflée et je me sens bien. J’ai l’impression d’y voir plus clair sur tout ce qui me tracasse au quotidien. Je me retrouve avec moi-même. La montée est difficile, mais je suis déjà fière du chemin parcouru. La promesse d’un point de vue est plus forte que la fatigue. Puis enfin, j’arrive à ce point de vue que j’espérais. Et la magie opère. Je me sens toute petite face à ce paysage qui m’englobe, m’émerveille et m’inspire. Je me sens libre et capable de tout.

son blog : Sense Away

Roxanne Regimbald

Roxanne Regimbald

La randonnée pour moi c’est le dépassement de soi, la liberté et le bonheur total. Lorsque je marche en montagne, je me concentre sur chaque pas qui me fait avancer et je suis connecté directement au présent. N’y le futur, n’y le passer sont dans mon esprit, seulement le moment présent. Ce moment, où tu sens la douleur dans tes mollets, ton corps se réchauffer au rythme de ta randonnée et le vent frapper contre ton visage lorsque tu atteins le sommet, est une sensation de pur bonheur! J’adore ce sentiment d’accomplissement immédiat, même si chaque pas peut sembler douloureux en randonnée, on se donne la force nécessaire pour aller jusqu’au sommet. Lorsqu’il s’offre à nous, la vue se tattoo d’une encre indélébile dans notre esprit. Cette amante, la randonnée, me fait sentir vivante et m’apporte la sérénité dont j’ai besoin. Pour moi, c’est un moyen d’en apprendre plus sur moi, d’en apprendre plus sur mes capacités et me permet de me perdre complètement dans mes pensées. Plus les heures passent et plus les kilomètres s’accumulent, plus je me rends compte de la persévérance dont je fais preuve. Avec mon amante, je me sens défier les montagnes, le temps et la douleur. Avec elle, j’irai toujours au bout des montagnes jusque dans les nuages.

son blog : My Wonder Land

Samuel Bourille

samuel bourille 2

La randonnée c’est l’effort, le repos, le feu et l’apaisement. La randonnée c’est l’expérience de la liberté et l’endroit de l’introspection, c’est atteindre les sommets et les profondeurs de l’âme, c’est réunir le corps et l’esprit. Pour moi il n’y a que la montagne et l’océan qui peuvent m’amener à me reconnecter de la sorte. Car c’est bien d’une reconnexion qu’il s’agit et non d’une déconnexion comme on pourrait l’imaginer. La randonnée, et donc la marche en montagne, c’est se rappeler au monde, à la vie, à la terre. Loin d’un vision ésotérique, je parle là au contraire d’une sensation physique, brute et très concrète de se sentir à nouveau appartenir à un état de nature. La randonnée c’est s’inscrire dans un paysage, y déposer ses pas et que chacun d’eux nous amène inconsciemment vers le repos, la contemplation, le goût de l’effort mesuré, celui de l’humble face à la puissance du colosse. La randonnée ramène à soi et au monde, elle porte à la rêverie et apaise les sens, elle est l’antidote suprême au monde moderne ultra(dé)connecté. L’air frais de l’aube dans les narines, le poids du soleil sur la nuque, le goût de l’eau du torrent, la tendresse de l’herbe et la rudesse du caillou, la transe de l’effort et puis le sommet… le goût du chemin parcouru, l’insanité d’un panorama et l’envie de rester là, longtemps… mais il faut rentrer maintenant, la descente, la course, l’adrénaline et puis le refuge, le repas des amis et le repos du juste.

son blog : les vents nous portent

hilton-falls-rando-automne-canada

Vincent Beau

Lorsque j’enfile mes chaussures de randonnée, je retrouve cette drôle de sensation de départ en voyage… Peu importe l’endroit. Je ressens un mélange d’excitation et d’impatience. J’ai le sentiment d’avoir mon esprit un peu plus ouvert, en route vers une destination inconnue…

Je suis plus alerte, mes cinq sens sont à fleur de peau. Sur les sentiers, je m’émerveille devant un simple tronc d’arbre. Je respire à pleins poumons l’odeur de la mousse en forêt… J’écoute le chant des oiseaux ou le vent dans les arbres… Je recherche des traces d’animaux… Mon côté sauvage reprend le dessus. J’observe la nature à son état brute.

Et puis il y a aussi des moments plus difficiles… Comme dans la vie, certains passages d’un sentier sont une épreuve. Les distances, le mauvais temps, l’altitude… Autant d’éléments qui te ralentissent en chemin. La randonnée te donne alors l’occasion de tester tes limites. Il faut savoir rester humble. Dans ces moments délicats, la nature te rappelle souvent que l’homme est bien peu de choses !

Cette nature sauvage m’invite aussi à la réflexion et aux rencontres. J’aime randonner pour me déconnecter et revenir a l’essentiel. Aussi, pendant les sorties en groupe, les échanges sont plus simples, sans artifices. Les sorties finissent souvent autour d’un repas convivial avec de belles rencontres.

Voilà, la randonnée c’est pour moi une véritable école de la vie… C’est l’occasion de se retrouver face à la nature, de se remettre en question et de rencontrer l’autre… C’est un voyage à l’état pur

son blog : Regard Nomade


couverture article : image de Camille Visage du blog Sense Away