Aperçu de la magie des paysages de Hida Osaka. – JAPON

Ce qui m’intéresse et me fascine, c’est la nature. Et si, dans l’inconscient collectif, l’image du Japon reste sans doute trop injustement associée à la foule traversant avec empressement les passages cloutés du croisement de Shibuya à Tokyo, c’est bien de cette nature japonaise dont je souhaite vous parler. Car il est une chose qui étonne, enfin tout du moins qui m’étonne, c’est cette part de nature dans la société nippone que l’on s’imagine, à tort, urbanisée à l’étouffement.

Or, le pays du soleil levant est loin d’être une société uniquement hyper urbanisée. Les 2/3 de la surface du pays sont couverts par des forêts et reliefs montagneux. Les japonais eux même rendent hommage à la nature au travers de l’avènement des saisons lors de célébrations fêtées et suivies dans tout le pays comme c’est le cas au moment de la floraison des cerisiers ; floraison dont la progression est retransmise à la télévision, celle des Iris ou encore l’apparition des couleurs automnales des érables rouges. Cette relation forte qui lie le peuple japonais à la nature ne doit rien au hasard. Sa raison d’être, son origine, se trouve dans le shintoïsme, religion pour qui, chaque élément du vivant, du brin d’herbe à la montagne, de la fleur à l’être humain, est une manifestation de la présence des dieux (kamis). Cette sensibilité japonaise pour ses ses paysages et ses saisons se retrouve retranscrite dans leurs courts poèmes : les haïkus.

De fait, lorsque l’on s’éloigne des mégalopoles tentaculaires de Tokyo et d’Osaka, on trouve et découvre une nature japonaise sauvage bien présente. Si sauvage d’ailleurs que nombre de collines et montagnes autour des villes et villages sont entourées d’une végétation dense sans le moindre sentier. Si vous êtes un amoureux de la randonnée, il y a là un monde à conquérir. Si vous ne rêvez que de petits sentiers, il y a là un monde à découvrir.

Les cascades d’Hida-Osaka.

Un typhon qui ne devait plus se trouver là à cette saison traversait le pays nippon. Des averses torrentielles au menu. Il en fallait cependant davantage pour nous démotiver. Équipés de pantalons et de k-way empruntés dans le refuge à côté du parking quasiment désert, on était prêt à arpenter le sentier boisé.

L’atmosphère était brumeuse, pluvieuse, loin d’être idéale pour les photos ou la vidéo mais j’étais néanmoins enchanté de me trouver pour quelques heures dans les Alpes japonaises. Il y a ce silence de la pluie qui engloutit les sons lorsque tu enfonces ta tête dans ta capuche. Toc Toc toque la pluie à la porte de notre monde intérieur pour nous faire entrer dans le sien.

On peut toujours trouver du positif lors des caprices de Dame Météo. Ils nous offrent la possibilité de profiter d’un lieu quasiment pour nous seuls.

On est alors plus attentif aux détails qui d’ordinaire paraissent insignifiants mais qui ici révèlent l’atmosphère d’un lieu.

Histoire des cascades d’Hida Osaka

Les cascades d’Hida Osaka (surnommées également Osaka-cho ) sont d’origines volcaniques, formées à l’issu de l’éruption du volcan Ontake (3067m de haut, toujours actif et second plus haut volcan du Japon). On dénombre plus de 200 cascades qui serpent entre les roches basaltiques (comme en Islande) issue des éruptions volcaniques. Les plus célèbres sont par exemple celle de Ryumonnotaki avec un pont basaltique, considérée comme l’un des trésors d’Osaka ou encore celle de Neonotaki (63m de haut), une des cent plus belles cascades du Japon.

Nous ne sommes pas allés bien loin, le terrain étant glissant et le temps limité. On s’est arrêté à la cascade de Mitsudaki dont les roches qui la constituent seraient âgées de 300 000 ans. Bien plus veilles que les plus récentes coulées datant d’il y a 54 000 ans et qui ont formé bien d’autres cascades, bien plus impressionnantes depuis.

Pour ceux qui veulent profiter des onsens extérieurs (rotenburo) il faudra monter jusqu’à une altitude de 1800m. Le long du chemin, vous trouverez l’or du dragon (Schistostega pennata ) qui est une rare mousse luminescente (on la surnomme également le trésor des gobelins). Voici une vidéo que j’ai pu trouver sur youtube. Pour ma part, j’en avais observé durant mon voyage en Nouvelle-Zélande

Comment se rendre : Vous pouvez rejoindre Osaka-cho en bus depuis Gero ou Takayama (horaires de bus en anglais). A partir de ce point, vous pouvez faire une simple promenade sur Mitsudaki ou jusqu’à Neonotaki Cependant, si vous projetez un voyage dans des coins plus reculés, vous devez utiliser les services d’une agence locale et obtenir la permission d’entrer dans le parc – l’entrée n’est en effet autorisée qu’avec un guide. En hiver, vous pouvez également essayer d’escalader les cascades gelées! Regardez les photos de la page officielle ci-dessous, cela donne envie !

先日のツアーの様子を高山グリーンホテル様のブログにてご紹介頂きました。ツアーの流れや様子がよくわかるので是非ご覧ください。https://tgh.hida-ch.com/e1044895.html週末の雨を経て氷瀑は一部崩壊。写真は降雨後の視察のもの。しかし昨日は寒波再来で今シーズン一の大雪。今週は低温が維持されそうでこれからの回復に期待です!

Publiée par 小坂の滝めぐり sur Mardi 18 février 2020