L’homme a tant besoin de la montagne mais la montagne a t-elle besoin de l’homme ?

J’étais devenu nostalgique de cet océan de roches, de pins et de sentiers. Je me sentais comme un marin égaré au milieu du désert. Mon regard était vide, l’inspiration tarie. Les filets de mon quotidien apportaient une nourriture bien trop fades pour mon coeur. Les montagnes sont pour moi un oasis lorsqu’il me semble qu’au lieu de vivre pleinement, je ne fais qu’exister, devenant peu à peu l’ombre de moi-même. La montagne est devenue au fil des ans cette force vive qui nourrit mon âme.

De nombreux projets m’ont bien trop longtemps tenu éloigné de ces paisibles hauteurs. Éloigné de cette forme de méditation et de repos que représente pour moi la randonnée en montagne. Il me fallait quelques jours avec moi-même. Loin des jungles de béton, loin des routes goudronnées, un peu plus loin, un peu plus haut de l’écho de l’agitation des hommes.

Le Tour des Dents du Midi est venu comblé ce vide. Si j’écoutais vraiment mon humeur, je pense que j’y serai encore. A contempler le lac de Salanfe, à apprécier les bons petits plats du refuge de Bonavau, à admirer la brume matinale se faufilant entre les conifères, la lumière jouant à cache cache entre les branches, à me gaver de framboises, de mûres, de de myrtilles sur les chemins. L’air frais suisse, une cure thermale pour les âmes en peine d’aventures.

Pour celui qui ne connaît pas les montagnes, on pourrait croire que toutes les montagnes se valent, que toutes les montagnes se ressemblent. Cela serait comme dire que connaître une femme équivaut à connaître toutes les femmes. Qu’aimer une femme équivaut à aimer toutes les femmes. Il y a cet émerveillement à découvrir un nouveau territoire à explorer. Un territoire vierge de nos pas. Ces formes escarpées qui conquièrent notre cœur, qui affinent notre corps. On chavire comme aux premiers baisers adolescents.

Marcher en montagne, c’est un peu comme faire l’amour. Cette même reconnexion du corps et de l’esprit. Quand c’est bon, on ne s’en lasse pas. On oublie le temps, on ressent l’instant, on délaisse les soucis. Le corps endolori, on est prêt à recommencer. A la fin, on est souvent happé par la fatigue du nouveau-né, un sourire béat posé sur notre visage.

Le jour se lève, une nouvelle aventure commence.

En faire moins pour vivre plus. Peut-être est-ce la maxime qui me permet de garder la tête hors de l’eau. Dans ces flots d’informations qui nous submergent, la montagne est ce pic qui reste au-dessus de la tempête de l’appel au clic, de l’appel au like. Moi qui est fait de cette course incessante, cette course effrénée, mon métier, l’apaisement réside dans mes pas, ceux, bien réels, qui m’amènent d’un point A à un point B. Point d’autre rythme que le mien. Là-haut, sans personne pour m’obliger à me lever sans raison le matin, je reprends en main, le temps de quelques jours, la boussole de ma vie.

La montagne est ce retour à la simplicité. On se délaisse de quelques euros durement gagnés avec un travail parfois abrutissant pour assouvir nos plus basiques besoins primaires: manger, boire, dormir. On en retire les intérêt que l’on dépose soigneusement dans notre tirelire à souvenirs. Ces moments que l’on vit, que l’on partage, seul, en communion avec la nature, avec sa famille ou ses amis, voir même avec des inconnus croisés sur les chemins, sont, selon moi, les lingots d’or de notre existence. Ils nous rappellent qu’au delà des biens matériels que l’on accumule, ce qu’il restera en nous, à jamais pour nos vieux jours, sont ces jours de gaieté à gambader tels des gosses enjoués dans les jardins de ce monde.

On a plus d’âge en montagne. Les sentiers se fichent de nos ans amassés sur nos épaules et creusant les sillons de nos visages pour peu que l’on sache poser un pied après l’autre. On partage l’eau des mêmes ruisseaux, le pain des refuges, les cadeaux fruités de la nature. Nous sommes tous des fourmis pour ces géants de pierre. Géants tantôt assoupis, tantôt souriants, tantôt en colère, peu importe leurs humeurs, ils nous offrent un terreau dans lequel s’épanouit et fleurit notre sourire. Alors on sourit à pleine dents… sur ce beau tour des Dents du Midi. Et, lorsqu’il se finit, bien trop tôt à notre goût -en tout cas du mien- on se plaît déjà à rêvasser de se retrouver à marcher sur les traces de son frère aîné, le tour des Dents Blanches. Le rendez-vous avec cette belle randonnée helvète est donné, il nous faudra être ponctuel.



Ce voyage a été réalisé en collaboration avec l’Office de Tourisme de Champéry et l’’association du Tour des dents du Midi. Mon avis reste totalement indépendant.